Connect with us

Buzz

The Bank of Canada is wrong. Canadian bankruptcies aren’t on the rise, says Scotiabank

Editor

Published

on







Photo: James Bombales

An executive with one of the biggest Canadian banks is questioning the judgement of the Bank of Canada’s governor over his comments about bankruptcies in the country.

When Stephen Poloz announced this week that the central bank was maintaining the overnight rate at 1.75 percent, signalling mortgage rates should remain consistent for the time being, he noted bankruptcies are on the rise.

Housing Market News Alerts

Sign up now for news alerts on the Canadian housing market

But that’s not the case, says Derek Holt, vice president of Scotiabank Economics, and it’s one of the things that differentiates our banking system from America’s.

“I don’t see consumer bankruptcies the same way as the Governor and was somewhat surprised by how the Governor is viewing bankruptcies given the importance of tracking how they are responding to higher rates and other developments,” writes Holt in a Scotia Flash report.

“Poloz says consumer bankruptcies have gone up. They have not,” he adds bluntly.







Recently, the Office of the Superintendent of Bankruptcy reported that consumer insolvencies were up 5.2 per cent in November on a year-over-year basis.

However, this measure is based on more than bankruptcies. It also includes proposals for restructuring debt (basically, a proposal for a repayment plan that may include asking a creditor for more time to pay off debt, or offering to pay a certain percentage of the total owed).

“Total insolvencies have risen because proposals have gone up, and they are a very different animal compared to going bankrupt,” Holt explains. “Bankruptcies are still toward record lows.”







In a separate note, Holt suggests the increase in proposals didn’t come out of nowhere. The impacts of rising interest rates and mortgage stress testing introduced a year ago are being felt.

“I would also contend that what we are seeing here is a reflection of one of the great relative strengths of the Canadian banking system versus, say, the US system,” writes Holt.

“Proposals are worked out through a willingness to restructure payments and debt without necessarily forcing the client into bankruptcy and seizing uncertain net asset values minus related costs.”

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Buzz

Comment se protéger des risques associés à l’utilisation des outils bancaires

Editor

Published

on

By

La technologie financière est en constante évolution. L’introduction continuelle de nouvelles options bancaires en est la preuve.

Fintech (abréviation de technologie financière) est un terme qui désigne tout type d’innovation technologique utilisée pour soutenir ou fournir des services financiers. Une telle innovation entraîne des changements importants dans le secteur financier, et donne naissance à une gamme de nouveaux modèles d’affaires, d’applications, de processus et de produits.

Si les applications financières vous permettent d’accéder facilement à vos finances personnelles, elles peuvent aussi comporter des risques allant du vol de vos renseignements bancaires, tels que votre numéro de carte de débit ou de crédit, votre nom d’utilisateur et votre numéro d’identification personnel.

C’est pourquoi il est important d’être très vigilent en partageant vos informations personnelles et bancaires en ligne. Saviez-vous qu’en fournissant vos informations bancaires ou de carte de crédit à une application financière, vous pourriez risquer de violer l’accord d’utilisation de votre institution financière?

Ce qui veut dire que, quelles que soient les caractéristiques de sécurité mises en place par une application financière, votre institution financière peut vous tenir responsable en cas de vol et d’utilisation de vos renseignements personnels à votre insu ou sans votre approbation.

Voici quelques conseils pour vous aider à protéger vos informations personnelles et bancaires, ou celles de votre carte de crédit lorsque vous utilisez les applications financières :

  • Vérifiez l’accord d’utilisation de votre banque avant de partager vos informations personnelles et bancaires, ou de carte de crédit à travers les applications financières.
  • Consultez la politique de protection contre la fraude de votre institution financière pour savoir qui est responsable de toute transaction non autorisée par vous-même .
  • Cherchez à comprendre quelles mesures de sécurité sont en place et comment vos renseignements personnels pourraient être utilisés.
  • Vérifiez régulièrement votre dossier de crédit pour voir s’il n’y a pas de demande de crédit que vous n’avez pas faite ou encore une transaction que vous n’avez pas effectuée.

Si vous soupçonnez que vos informations ont été compromises, changez immédiatement vos mots de passe. Examinez vos relevés de compte et de carte de crédit pour y détecter toutes anomalies, et signalez toute transaction suspecte à votre institution financière.

Vous pourriez aussi commander et vérifier votre dossier de crédit.

Visitez le site web de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada pour de plus amples renseignements sur les risques associés au partage de renseignements bancaires sur des applications financières à canada.ca/argent.

Continue Reading

Buzz

Comment agir efficacement en cas de fraude

Editor

Published

on

By

Chaque année, des milliers de Canadiens perdent des millions de dollars à cause de fraudeurs. Adolescents, aînés, gens d’affaires, tout le monde peut en être victime. Pourtant, seulement 5% des fraudes sont signalées aux autorités.

Si vous avez été victime de fraude, la meilleure chose à faire est de le signaler aux autorités concernées, et peu importe son ampleur. Ne vous sentez surtout pas honteux d’avoir été piégé car vous n’êtes pas seul à être tombé dans le panneau. En rapportant cette fraude, vous allez aider d’autres personnes à ne pas en être victime. De plus, dans la plupart des cas, l’institution financière ouvrira une enquête et vous remboursera l’argent perdu.

Gardez en tête que protéger vos renseignements personnels est essentiel pour éviter la fraude. Voici comment agir si vous suspectez une transaction inhabituelle dans vos comptes :

  • Changez immédiatement votre NIP et signalez la fraude à votre institution financière et au Centre antifraude du Canada. Informez-les également de toute correspondance suspecte que vous recevez au sujet de vos comptes.
  • Lorsque vous communiquez avec votre institution financière, assurez-vous d’utiliser le numéro de téléphone figurant sur votre relevé de compte ou au verso de votre carte de crédit ou de débit.
  • Si vous recevez des courriels trompeurs, vous pouvez envoyer une plainte au Centre de signalement des pourriels. Les escroqueries financières comprennent souvent des offres de vente ou des promotions de produits et services financiers, comme les régimes de retraite, les fonds de placement gérés, les conseils financiers, l’assurance et les comptes de crédit et de dépôt.

Le Bureau de la concurrence du Canada dispose d’un excellent guide appelé le Petit Livre noir de la fraude, et fournit beaucoup d’autres renseignements utiles par l’entremise du Centre antifraude du Canada.

Pour plus d’information, visitez le site web de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada qui offre également une foule de renseignements et d’outils pour vous aider à vous protéger contre les fraudes et les escroqueries à canada.ca/argent.

Continue Reading

Buzz

Vous songez à vous lancer en affaires?

Editor

Published

on

By

Que vous exploitiez déjà une entreprise en parralèle de votre emploi régulier ou que ce soit un objectif pour 2019, voici quatre importantes raisons de vous doter de comptes de particulier et d’entreprise distincts. Comme vous le verrez, c’est un moyen de vous positionner pour réussir à long terme.

  • Fiabilité. Les gens recherchent avant tout des entreprises dignes de confiance où règne le professionnalisme, surtout lorsqu’il y a échange d’argent. Vos clients et vos fournisseurs doivent sentir qu’ils ont affaire à une entité ayant une bonne réputation. Sachez que les télévirements vers votre compte de particulier peuvent donner l’impression que vous êtes une personne non professionnelle et même désorganisée.
  • Crédibilité. En gérant de façon distincte les finances de votre entreprise, vous lui donnez une identité indépendante et un statut officiel. De plus, un compte d’entreprise permet de produire des documents financiers crédibles. Ceci est particulièrement important lorsque vous établissez des relations avec des banques, des investisseurs et d’autres intervenants.
  • Impôts et taxes. En séparant vos finances personnelles de celles de votre entreprise, vos tâches administratives diminueront, et il en sera de même pour vos frais de tenue de livres puisque votre comptable aura moins de reçus et dépenses à consolider. De plus, fusionner vos finances personnelles et d’entreprise présente des risques juridiques et financiers. Par exemple, inclure des déductions d’impôts erronées dans vos déclarations de revenus peut entraîner des amendes et des pénalités, et les audits représenteront un travail supplémentaire si vous n’avez pas la documentation exigée.
  • Suivi. En détenant un compte d’entreprise distinct, vous pourrez cerner facilement en un seul endroit les coûts de démarrage, comme l’achat de permis, d’équipement ou d’inventaire, l’aménagement d’un bureau ou d’un magasin et les frais de marketing. Par la suite, un compte d’entreprise vous aidera aussi à gérer vos flux de trésorerie et vos dépenses, et à faire le suivi du rendement de votre entreprise.

Heureusement, il est plus facile et rapide que jamais d’ouvrir un compte d’entreprise. Que vous soyez à la maison ou sur la route ou, vous pouvez présenter une demande en ligne en moins de 15 minutes. Pour en savoir plus, allez à rbc.com/autrement.

Continue Reading

Chat

Trending