Connect with us

Buzz

These 8 charts tell the story of Canada’s housing market in 2018

Editor

Published

on

[ad_1]

A whole year of housing data is a lot to sift through, but for the last 12 months Canadian economists have kept busy crunching numbers.

Often, they’ve presented their analysis in the form of easily understandable charts, and Livabl has rounded up eight that, taken together, tell the story of Canada’s housing market in 2018.

1. 2018 is expected to be the worst year for Canadian home sales since 2010







What’s going on here: The Canadian Real Estate Association charts national home sales dating back to 2000.

The takeaway: While sales are only projected to edge down 0.5 percent this year, that’s enough to put them at the lowest level since 2010.

2. These are the top performing Canadian housing markets of 2018







What’s going on here: BMO compares year-to-date sales and prices across nine local Canadian housing markets.

The takeaway: When it comes to home-price gains, Montreal is the runaway winner with prices up 5.5 percent through 11 months.

3. Canadian housing affordability is the worst since 1990 as buyers feel the pinch from the stress test







What’s going on here: In its third-quarter affordability analysis, RBC looked at how much stress testing (as well as price changes, taxes, and utilities) accounted for annual increases to the qualifying income needed to buy a typical home in major markets.

The takeaway: All markets were impacted, but some felt the rule change to a greater extent. Take Saskatoon, for instance — more than half the increase to the minimum qualifying income can be chalked up to the stress test, which more than offset the benefits of lower home prices.

4. Canada’s appetite for mortgage debt doesn’t signal another housing crash







What’s going on here: National Bank shows what share of Canadian households’ disposable is going towards debt servicing, including both capital payments and interest payments.

The takeaway: While Canadian households are using more of their disposable income to pay off debt than they were during the 1990s market crash, these days a much higher share of those payments is going towards building equity rather than interest.

5. These 5 local Canadian housing markets are peaking in late-2018







What’s going on here: National Bank demonstrates how far home prices have fallen in scores of Canadian housing markets — with a few exceptions.

The takeaway: Even though the Canadian market is largely cooling, five cities have never seen higher prices: Kingston, Kitchener, Montreal, St. Catharines, and Windsor.

6. The Canadian housing market slowdown isn’t over yet







What’s going on here: CIBC tracks home sales activity in two of Canada’s biggest housing markets before and after the federal government introduced expanded mortgage stress testing in January via the B20 guidelines.

The takeaway: Vancouver hasn’t seen sales rebound yet. As one of the country’s largest markets, the implications are national and may discourage the Bank of Canada from hiking rates next year as planned.

7. According to this measure, Canada’s housing market is still balanced







What’s going on here: RBC presents CREA’s sales-to-new listings ratio dating back to 2004. Typically, a ratio between 40 to 60 percent suggests a balanced market, with anything above favouring sellers and anything below favouring buyers.

The takeaway: While the ratio has been moving towards sellers’ territory, as of November, it was still balanced at 54.8 percent.

8. Condo and townhome price gains are slowing







What’s going on here: Scotiabank compares how prices for Canadian condo apartments, townhomes and single-family homes have performed this year (and in 2017 and 2016).

The takeaway: The fact that condos and townhomes have been the last affordable options for many homebuyers in Canada’s biggest markets has pushed prices higher as competition for these units has been strong. But with price gains in these segments converging with the low-rise market, it appears they may have run out of steam.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Buzz

Comment se protéger des risques associés à l’utilisation des outils bancaires

Editor

Published

on

By

La technologie financière est en constante évolution. L’introduction continuelle de nouvelles options bancaires en est la preuve.

Fintech (abréviation de technologie financière) est un terme qui désigne tout type d’innovation technologique utilisée pour soutenir ou fournir des services financiers. Une telle innovation entraîne des changements importants dans le secteur financier, et donne naissance à une gamme de nouveaux modèles d’affaires, d’applications, de processus et de produits.

Si les applications financières vous permettent d’accéder facilement à vos finances personnelles, elles peuvent aussi comporter des risques allant du vol de vos renseignements bancaires, tels que votre numéro de carte de débit ou de crédit, votre nom d’utilisateur et votre numéro d’identification personnel.

C’est pourquoi il est important d’être très vigilent en partageant vos informations personnelles et bancaires en ligne. Saviez-vous qu’en fournissant vos informations bancaires ou de carte de crédit à une application financière, vous pourriez risquer de violer l’accord d’utilisation de votre institution financière?

Ce qui veut dire que, quelles que soient les caractéristiques de sécurité mises en place par une application financière, votre institution financière peut vous tenir responsable en cas de vol et d’utilisation de vos renseignements personnels à votre insu ou sans votre approbation.

Voici quelques conseils pour vous aider à protéger vos informations personnelles et bancaires, ou celles de votre carte de crédit lorsque vous utilisez les applications financières :

  • Vérifiez l’accord d’utilisation de votre banque avant de partager vos informations personnelles et bancaires, ou de carte de crédit à travers les applications financières.
  • Consultez la politique de protection contre la fraude de votre institution financière pour savoir qui est responsable de toute transaction non autorisée par vous-même .
  • Cherchez à comprendre quelles mesures de sécurité sont en place et comment vos renseignements personnels pourraient être utilisés.
  • Vérifiez régulièrement votre dossier de crédit pour voir s’il n’y a pas de demande de crédit que vous n’avez pas faite ou encore une transaction que vous n’avez pas effectuée.

Si vous soupçonnez que vos informations ont été compromises, changez immédiatement vos mots de passe. Examinez vos relevés de compte et de carte de crédit pour y détecter toutes anomalies, et signalez toute transaction suspecte à votre institution financière.

Vous pourriez aussi commander et vérifier votre dossier de crédit.

Visitez le site web de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada pour de plus amples renseignements sur les risques associés au partage de renseignements bancaires sur des applications financières à canada.ca/argent.

Continue Reading

Buzz

Comment agir efficacement en cas de fraude

Editor

Published

on

By

Chaque année, des milliers de Canadiens perdent des millions de dollars à cause de fraudeurs. Adolescents, aînés, gens d’affaires, tout le monde peut en être victime. Pourtant, seulement 5% des fraudes sont signalées aux autorités.

Si vous avez été victime de fraude, la meilleure chose à faire est de le signaler aux autorités concernées, et peu importe son ampleur. Ne vous sentez surtout pas honteux d’avoir été piégé car vous n’êtes pas seul à être tombé dans le panneau. En rapportant cette fraude, vous allez aider d’autres personnes à ne pas en être victime. De plus, dans la plupart des cas, l’institution financière ouvrira une enquête et vous remboursera l’argent perdu.

Gardez en tête que protéger vos renseignements personnels est essentiel pour éviter la fraude. Voici comment agir si vous suspectez une transaction inhabituelle dans vos comptes :

  • Changez immédiatement votre NIP et signalez la fraude à votre institution financière et au Centre antifraude du Canada. Informez-les également de toute correspondance suspecte que vous recevez au sujet de vos comptes.
  • Lorsque vous communiquez avec votre institution financière, assurez-vous d’utiliser le numéro de téléphone figurant sur votre relevé de compte ou au verso de votre carte de crédit ou de débit.
  • Si vous recevez des courriels trompeurs, vous pouvez envoyer une plainte au Centre de signalement des pourriels. Les escroqueries financières comprennent souvent des offres de vente ou des promotions de produits et services financiers, comme les régimes de retraite, les fonds de placement gérés, les conseils financiers, l’assurance et les comptes de crédit et de dépôt.

Le Bureau de la concurrence du Canada dispose d’un excellent guide appelé le Petit Livre noir de la fraude, et fournit beaucoup d’autres renseignements utiles par l’entremise du Centre antifraude du Canada.

Pour plus d’information, visitez le site web de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada qui offre également une foule de renseignements et d’outils pour vous aider à vous protéger contre les fraudes et les escroqueries à canada.ca/argent.

Continue Reading

Buzz

Vous songez à vous lancer en affaires?

Editor

Published

on

By

Que vous exploitiez déjà une entreprise en parralèle de votre emploi régulier ou que ce soit un objectif pour 2019, voici quatre importantes raisons de vous doter de comptes de particulier et d’entreprise distincts. Comme vous le verrez, c’est un moyen de vous positionner pour réussir à long terme.

  • Fiabilité. Les gens recherchent avant tout des entreprises dignes de confiance où règne le professionnalisme, surtout lorsqu’il y a échange d’argent. Vos clients et vos fournisseurs doivent sentir qu’ils ont affaire à une entité ayant une bonne réputation. Sachez que les télévirements vers votre compte de particulier peuvent donner l’impression que vous êtes une personne non professionnelle et même désorganisée.
  • Crédibilité. En gérant de façon distincte les finances de votre entreprise, vous lui donnez une identité indépendante et un statut officiel. De plus, un compte d’entreprise permet de produire des documents financiers crédibles. Ceci est particulièrement important lorsque vous établissez des relations avec des banques, des investisseurs et d’autres intervenants.
  • Impôts et taxes. En séparant vos finances personnelles de celles de votre entreprise, vos tâches administratives diminueront, et il en sera de même pour vos frais de tenue de livres puisque votre comptable aura moins de reçus et dépenses à consolider. De plus, fusionner vos finances personnelles et d’entreprise présente des risques juridiques et financiers. Par exemple, inclure des déductions d’impôts erronées dans vos déclarations de revenus peut entraîner des amendes et des pénalités, et les audits représenteront un travail supplémentaire si vous n’avez pas la documentation exigée.
  • Suivi. En détenant un compte d’entreprise distinct, vous pourrez cerner facilement en un seul endroit les coûts de démarrage, comme l’achat de permis, d’équipement ou d’inventaire, l’aménagement d’un bureau ou d’un magasin et les frais de marketing. Par la suite, un compte d’entreprise vous aidera aussi à gérer vos flux de trésorerie et vos dépenses, et à faire le suivi du rendement de votre entreprise.

Heureusement, il est plus facile et rapide que jamais d’ouvrir un compte d’entreprise. Que vous soyez à la maison ou sur la route ou, vous pouvez présenter une demande en ligne en moins de 15 minutes. Pour en savoir plus, allez à rbc.com/autrement.

Continue Reading

Chat

Trending